DSpace
 

KNUSTSpace >
Theses / Dissertations >
College of Arts and Social Sciences >

Please use this identifier to cite or link to this item: http://hdl.handle.net/123456789/3434

Title: Prise De Conscience Et Engagement Politiques Chez Mongo Beti (Remember Ruben) Et Maryse Conde (Heremakhonon)
Authors: Nsiah, Joseph
Issue Date: 4-Sep-1993
Series/Report no.: 2029;
Abstract: La mot “conscience” provient étymologiquement du latin at qui signifie “connaissance”. La conscience, salon la definition du Petit Robert est “la faculté qu’a l’homme de connaitre sa propre réelité at de la juger”.1 Pour La Nouveau Petit Larousse c’est une “perception plus ou moms claire des phénomnes qui nous renseignent cur notre propre existence”.2 Ii ressort de ces definitions, qua la conscience est une faculté de l’homme qui lui permet d’avoir une perception tree claire non seulement de son identité mais aussi des phéno— mènes externes, d’oii la locution verbale “prendre cànscience de” at son substantif “price de conscience”. L’utilisation de ces expressions dens un contexte donné permettra au lecteur cle focaliser le fond qua nous las attribuons: La presence du mythe dens le thétre négro-africaine a pour but de faire prendre conscience è l’homme de sa place dans la hiérarchie sociale at donc de sac obligations tent sociales qua morales. Las légendes et contes historiques proposent aux vivants des schemes qui sont lenseignement des hauts faits des ancêtres. Tout en aidant la prise de conscience d’eux-mêmes, ces hauts faits concourent è la reconstitution du continuum historique de la famille, du clan, de l’ethnie.” 3 Puisqu’elle nous permet de percevoir at de juger, la conscience est une faculté a la fois psychologique at morale. Celui qui prend conscience volt clair at il est en mesure da passer un ban jugemant sur tout ce qui1 contemple: le culture, la religion, la politique .. etc, d’où las expressions telles qua “prise da conscience religieuse’t, “prise da conscience culturelle” et prise de conscience politique”. C’est le moment de “l’éveil” at du “pourquoi” camusiens ai l’homme sort comma d’un songe at volt en face la réalite de sa situation. Ecoutons en guise d’exemple ce propos de W.E.B. Du Bale eprès sa prise de conscience de sa condition de Noir: Je suis nègre at je me glorifie de ce nom; je suis fier du sang flair qui coule dens mes veines.4 Une prise de conscience est donc toujours le résultat d’une circonstance existentielle donnée, flu Dais apparte- nait la race négro-américaine. Victime alors de Ia traite, de l’esclavage at de la discrimination reciale, il revendi- quait las droits des Noirs-Américains cur le plan politique, civil at social. L’on peut aussi évoquer l’exemple de la classe ouvrière, victime de la structure capitaliste, opprimée par la bour- geoisie détenant le pauvoir économique at sa prise de conscience qui a donné naissance eu communisme en Russia. Enfin il y a laces des Noirs d’Afrique at de la Diaspora qui ant subi, eux aussi, la traite, l’esclavage, 1a colonisation at l’oppressian at dont la prise cia conscience a abouti au mouvement de laNégritude. Jean-Paul Sartre les pproche juste titro do la classe ouvrière dans sa pré- ce a i’Anthologie de la nouvelle poésie nègre et malgache langus française do Senghor en ces termes: Le Nègre, comme le travailleur blanc, est victime do la structure capitaliste do notre société; cette situation lui dévoile son é- troite solidarité, par-dela los nuances de peau, avec certaines classes d’Européens opprimés comme lui; elle l’incite à projeter une société sans privilege où la pigmentation de la peau sera tenue pour un simple accident. Mais, si l’oppression est une, elle so circonstancie solon l’histoire et les conditions géographiques: le noir en est la vic-time en tant quo noir, titre d’indigène co- lonisé ou d’Africain déporté. Et puisqu’on lopprime dans sa race et à cause d’elle,c’est d’abord de sa race qu’il faut prendre conscience. 5 A partir do ces definitions et exemples, une prise de consience’ politique (nous entendons par “politique” l’art et la atique du gouvernement des nations) ne pout tre qu’uno perption claire, une connaissance lucide d’une situation polique donnée. Elle nat do circonstances contraignantes comme suppression do-la liberté politique do l’homme, le musellent do la presse, l’incarcératjon des adversaires du régime place etc. etc. • On a beau essayer do supprimer la consience par la ruse et mme par le lavage do cerveau, la consience endormio s’éveillera et, une fois éveillée, elle s’eorcera de so libérer. ‘C’est le moment do l’action ou de’ engagement. Qu’est—ce quo donc quo “l’engagement”? Examinons d’abord forme verbale “engager”. Dans la gamme des définitions de verbe cone qui nous intéresse le plus, c’est le sens du Le siècle défini ainsi par Le Petit Robert: “tenter d’aner ( à quelquo decision ou action)”. 6 On entend alors
Description: A thesis submitted to the Board of Postgraduate Studies, Kwame Nkrumah University of Science and Technology, Kumasi, in partial fulfilment of the requirements for the award of the Degree of Master of Arts in Comparative Literature, 1993
URI: http://hdl.handle.net/123456789/3434
Appears in Collections:College of Arts and Social Sciences

Files in This Item:

File Description SizeFormat
KNUST Library.pdf7.09 kBAdobe PDFView/Open

Items in DSpace are protected by copyright, with all rights reserved, unless otherwise indicated.

 

Valid XHTML 1.0! DSpace Software Copyright © 2002-2010  Duraspace - Feedback